Il est une dame un peu particulière à Chambéry, une dame assez massive toute de bronze et de vert vêtue. Une dame d’un âge certain puisqu’elle fût réalisée en 1892. Création du sculpteur Alexandre Falguière, elle représente la Savoie et se prénomme La Sasson, ce qui n’est guère flatteur car cela signifie « grosse femme » en patois savoyard.

Pourtant, elle fût créée pour commémorer le premier rattachement de la Savoie à la France à l’époque de la Révolution française (1792). Son histoire est à rebondissements. Inaugurée par le président de la République Sadi Carnot lors des cérémonies du centenaire de ce premier rattachement, elle se voit un matin de la Seconde Guerre Mondiale déboulonnée et confisquée par les Allemands. Son corps, sans tête, est retrouvé dans une gare allemande en 1950. Revenant à la maison, elle attend 1982 pour être restaurée, c’est-à-dire, retrouver une tête grâce à l’ouvrage du sculpteur grenoblois Serge Bloch qui lui réalise une nouvelle figure déposée avec art à l’extrémité de ses 4 mètres de hauteur. Son drapeau, lui, culmine toujours à 5 m de hauteur et l’ensemble repose sur un socle en pierre provenant du massif des Bauges.

Non loin de la résidence principale de La Sasson érigée à l’extrémité du boulevard de la Colonne, se trouve le musée des Beaux-Arts de Chambéry dans lequel on retrouve l’une des maquettes réalisées par Falguière lors de ses travaux préparatoires.

Ce musée des Beaux-Arts m’a charmé par ses retables somptueux et ses peintures italiennes magnifiques de grâce et de beauté. Le lieu est constitué d’espaces sobres avec un éclairage souvent naturel ce qui est toujours d’un grand confort et présente, ainsi, élégamment une remarquable collection de peintures italiennes allant de la fin du Moyen-Âge au XVIIIe siècle, tout de même la plus conséquente après celle du Louvre, et le fonds de peinture de l’Ecole de Chambéry datant du XIXe siècle et du début du XXe ainsi que des œuvres de l’Ecole Française et l’Ecole du Nord.

Ces collections sont issues, en majorité, de dons et tout particulièrement des legs du baron Hector Garriod, collectionneur savoyard et de ceux de Victor-Emmanuel II, roi de Piémont-Sardaigne. Le parcours chronologique entre les différents espaces permet d’évoluer de l’art des Primitifs jusqu’aux expositions temporaires que le musée organise deux fois l’an en parallèle aux collections permanentes.

En descendant la rue Doppet et en prenant à gauche, j’arrive sur la place de Genève qui a connu de nombreux locataires en tout genre : un couvent de dominicains, une chapelle des pénitents, des prisons, un marché couvert et enfin des Halles. Celles-ci ont été modifiées il y a plus d’une dizaine d’années pour accueillir outre toujours un marché couvert, d’autres commerces (mais sont-ce de ces commerces dont on souhaite vraiment la prolifération ?) et des cinémas ce qui est plutôt une bonne démarche.

Le marché, quant à lui, est coloré et présente les produits du terroir de petits producteurs locaux comme ceux que l’on trouve habituellement sur un vrai marché : fleurs, herbes, fruits, légumes, charcuteries, fromages, pâtisseries, poissons etc. Certains exposants sont MOF ce qui veut dire Meilleur Ouvrier de France. Les mardi et samedi, le marché couvert s’étend jusque sur la place de Genève et se transforme ainsi en Grand Marché. C’est l’endroit idéal pour acheter le meilleur saucisson ou la meilleure tomme de Savoie ou tout autre envie que l’on veut embarquer avec soi et qui puisse se conserver quelques jours.

Faisant face aux Halles par la gauche, la boutique-salon de thé-atelier la Forge des Halles est une jolie halte pour déjeuner si vous ne l’avez fait dans les Halles elles-même. Ici, le menu, servi sur des tables recouvertes de toiles cirées à pois blanc sur fond rouge ou bien à l’extérieur en terrasse improvisée, reste simple comme celui que l’on trouve dans une (bonne) cantine : soupes et tartes salées. La décoration de ce lieu, qui s’inscrit dans les nécessaires mouvements qui secouent notre société depuis quelques temps, a cela d’intéressant qu’elle est en elle-même le résultat du discours de la fondatrice Muriel Magueron : une décoration à base de recyclage et de récupération. Exactement, ce que demande et recherche Muriel auprès des objets de créateurs – Augustin Corbeille, Emilie Brimeurd, PimPamPoum, Reversible etc. – qu’elle présente et vend. Chaque objet (bijoux, lampes, meubles, textiles, bagageries) est chiné, puis repensé, embelli, transformé et, ainsi, unique. Par ailleurs, la démarche de Muriel Magueron ne s’arrête aux murs charmants de cette ancienne forge mais se poursuit aussi au sein de la ville en cherchant à sensibiliser le chambérien à la réduction des déchets.

Dans un tout autre genre, celui l’artisanat et du terroir, une autre boutique est à découvrir : La Piste Verte. Dédiée à l’univers de la montagne, on y trouve ce qui concerne la montagne dans une assez large mesure, des cartes, en passant par les livres jusqu’au petit matériel de randonnées. Et surtout, j’y trouve les très efficaces Opinel. La Piste Verte est le magasin officiel de ce couteau très savoyard en particulier, tout en présentant d’autres couteaux des autres régions de France, en général. Ici, on m’explique les particularités et les avantages d’un Laguiole, d’un Thiers, d’un Opinel et leurs histoires à chacun. Il est extrêmement difficile de repartir les mains vides mais l’achat d’un Opinel est une acquisition des plus utiles, je m’en sers chaque jour dans ma cuisine.

Mais le temps du départ est venu… Je n’ai pas tout vu mais qu’importe. J’ai des souvenirs et j’aime à me les repasser en boucle dans ma tête pour un autre plaisir, celui-ci illimité… Chambéry dans mes je me souviens a de belles couleurs et de jolies surprises… Je me souviens de l’instant magique où le soleil perçant les sombres nuages bien pluvieux depuis mon arrivée, s’est glissé un passage dans une allée, dorant la façade ocre de la jolie demeure. Je me souviens d’un escalier sublime en fer forgé qui est dans une cour privée et si bien cachée que j’en ai oublié son nom. Je me souviens de cette jeune apprentie fauconnière et de son magnifique faucon non loin du Carré Curial...

…Je me souviens d’un fleuriste poète qui malheureusement allait fermer boutique. Je me souviens de cette Rotonde ferrovière, unique au monde, impressionnante vue de loin. Je me souviens de mon plaisir à marcher dans les pas de Jean-Jacques, le Jean-Jacques de Chambéry. Je me souviens du soleil (encore…) nimbant de poésie l’escalier du Museum. Je me souviens du reflet de ma lampe de chevet dans la fenêtre de mon gîte sous les toits à La Vie de Bohème, un soir de pluie…

MON CARNET DE NOTES

Se renseigner et plus…

Office de tourisme de Grand Chambéry Alpes Tourisme – 5 bis place du Palais de Justice – 73000 Chambéry tel : 04 79 33 42 47 accueil.chambery@grandchamberyalpes-tourisme.comwww.chambery-tourisme.com

La Ruche Boutik’ – Office de Tourisme Saveurs et Nature – 240 rue de la République – 73000 Chambéry – Tel 04 79 85 71 13 – ouvert du mardi au samedi de 10h-13h et de 14h-18h sauf jours fériés. Informations touristiques, conseils sur les activités de pleine nature, animations et ateliers gratuits toute l’année, vente de produits locaux  accueil.laruche@grandchamberyalpes-tourisme.com

Se loger

La Vie de Bohème. Pour dormir sous les toits. Appartement en location. – Corinne et Frédéric Picard-Heraud – 14 passage Henri Murger – 73000 Chambery – Tel 04 79 70 06 42/ 06 08 86 52 30/06 84 35 20 74 – viedeboheme@orange.fr www.laviedeboheme.com

A voir, à visiter, à découvrir

La Sasson est au bout du boulevard de la Colonne.

Le Musée des Beaux-Arts – Place du Palais de Justice – 73000 Chambéry- Tel 04 79 68 58 45 – Ouvert tous les jours sauf le lundi et les jours fériés de 10h à 18h. Ouvert jusqu’à 20h le 1er jeudi de chaque mois. publics.musees@mairie-chambery.fr www.musees.chambery.fr facebook.com/MuseeBeauxArtsChambery

Inukshuk – 45 place de la Brigade de Savoie – 73000 Chambéry Tel : 04 58 14 07 59 Ouvert 11h à 23h du mardi au samedi. Ce café-vélo est un camp de base pour les passionnés de voyage et de nature. On y trouve des produits bio ou locaux, on y déguste le café vers 11h, on y fait la fête le soir sur des thématiques joyeuses ou décalées et si votre vélo est tombé en panne, ici, on vous le répare. www.inukshuk-cafe.fr contact@inukshuk-cafe.fr

Déjeuner et se laisser tenter…

Le Grand Marché – Place de Genève – 73 000 Chambéry – Le marché couvert s’étant à l’extérieur et devient un Grand Marché où l’on trouve facilement des produits de la région d’excellentes qualités.

La Forge des Halles – 19 rue Bonivard – 73000 Chambéry – Tel 04 79 68 48 38 Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 19h et le samedi de 9h30 à 19h – Cantine-salon de thé éco-responsable associant une boutique de créateurs recycleurs. contact@laforgedeshalles.com http://www.laforgedeshalles.com

Pour se faire plaisir ou faire plaisir

Côté Naturel – Artisan fleuriste – 35 rue Jean-Pierre Veyrat – 73000 Chambéry tel 04 79 85 19 96 – info@cotenaturel.com https://cote-naturel.fr

La Piste Verte – Coutellerie et librairie de montagne – 172 rue Croix d’Or – 73000 Chambéry – Tel 04 79 33 57 31 – Ouvert lundi 9h30 -12h30 et du mardi au samedi 9h30-12h30 et 14h-19h15 pisteverte@wanadoo.fr www.lapisteverte.fr

Ce reportage a été réalisé grâce à Grand Chambéry Alpes Tourisme www.chambery-tourisme.com