Pour ouvrir cette année nouvelle et vous la souhaiter lumineuse et douce à vivre, je vous invite à la découverte d’un site paysager que j’affectionne beaucoup pour des qualités dont j’éprouve encore et toujours la nécessité…

Tout à l’extrémité Est de la France, le Ballon d’Alsace est un sommet de la chaîne des Vosges situé dans sa partie méridionale, la haute vallée de la Savoureuse. Le caractère presque solitaire de ce ballon lui a permis de maintenir une remarquable qualité environnementale ainsi qu’une véritable authenticité dans les paysages comme dans l’accueil et les activités proposées sur ce domaine skiable.

Je fus charmée lorsque je le découvris lors de la réalisation d’une série d’émissions radiophoniques pour France Bleu Besançon fin novembre 2017 et décidais d’y retourner faire un reportage deux ans plus tard dont voici le contenu…

Comme un trait d’union, le sommet d’une rencontre – singulière entre deux régions celle du Grand-Est et la Bourgogne-Franche-Comté -, le Ballon d’Alsace offre la particularité d’être à cheval sur quatre départements : les Vosges, la Haute-Saône, le Haut-Rhin et le Territoire de Belfort.

Le passage de l’homme au cœur du Ballon commença véritablement sous Louis XIV, quand ce dernier y fit construire des voies de communication.

Un siècle plus tard, sous l’influence de Jean-Jacques Rousseau, une mode se développa, réservée aux classes aisées et cultivées et préfigurant notre tourisme actuel, prônant à la fois la découverte du plaisir du voyage et de la beauté vivifiante et magnifique de la montagne, la montagne devenant de fait le lieu du voyage.

Au cours du XIXe siècle, la ligne Paris/Bâle et sa liaison par train jusqu’à Giromagny, ville relativement importante en bas du Ballon, amenèrent bon nombre de touristes, le Massif des Vosges étant le massif le plus proche de Paris.

Les voyageurs avides de découvertes se rendaient au sommet créant ainsi, petit à petit la réputation du Ballon d’Alsace.

Une anecdote rapporte d’ailleurs que l’Empereur Napoléon III lui-même, lors d’un séjour à Plombières-les-Bains en 1856, n’hésita pas à se rendre au Ballon d’Alsace pour découvrir un sommet qui était, particulièrement, empreint de notoriété. L’on dit que le fermier de ce qui était encore une modeste auberge sommitale à l’époque lui servit une savoureuse omelette lors de sa venue…

Par la suite, son histoire suivit les fluctuations des guerres, ce qui lui confère peut-être, aussi, cette personnalité si authentique, fière et émouvante.

A partir de 1871, on montait au sommet pour contempler avec nostalgie la Province d’en face devenue étrangère. Deux statues, dont l’une est une Vierge érigée en 1860, l’autre une Jeanne d’Arc de 1909 symbolisent l’attachement de ce coin du monde à la France.  

En 1876, suite à l’annexion de l’Alsace, le Ballon faillit être percé d’un tunnel pour détourner le trafic international vers la Suisse. Le projet fût abandonné en 1918.

Des tranchées de la Première Guerre Mondiale sont toujours visibles et certaines bornes signalent, encore, l’ancienne frontière franco-germanique.

Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, comme lors de la première, le Ballon d’Alsace fut de nouveau partagé entre deux pays. Les habitants du côté Alsace perdaient, une fois de plus, leur culture, leur langue et leurs noms qu’il fallait germaniser. Sur les hauteurs, la Résistance s’organisait.

Les Forces Françaises Libres du Territoire de Belfort furent mobilisées en septembre 1944 pour mener des actions de guérilla contre les troupes allemandes. Mais les conditions climatiques, le manque de ravitaillement et l’acharnement allemand eurent raison des 144 résistants. Le secteur du Ballon d’Alsace fut libéré en novembre 1944.

Inauguré en 1952, le Monument des Démineurs au sommet du Ballon rappelle, quand à lui, le sacrifice de nombres de français, d’italiens et de polonais, au total ce furent 600 hommes, qui furent tués ou estropiés en détectant les milliers de mines dont le secteur était truffé.

Aujourd’hui, comme dans un autre temps, un temps d’antan, un temps de contes ou de souvenirs d’enfance très lointains, un temps d’Histoire, le doux sommet arrondi du Ballon d’Alsace est uniquement accessible à pieds et culmine à 1247m.

Arrivée sur sa hauteur, en fonction du point où mon regard se portait, c’est-à-dire soit sur la Forêt Noire d’Allemagne soit sur le Jura Suisse ou encore sur la face italienne du Mont-Blanc (par temps très clair), je découvris un paysage impressionnant, sauvage, très pur et solennel…

Situé dans le Parc naturel Régional des Ballons des Vosges depuis 1989, le site est classé Natura 2000 pour ses paysages particulièrement préservés et son environnement exceptionnel.

Mais le Ballon d’Alsace fut un pôle naturel attractif dès le XVIe siècle quand le médecin Jean Bauhin vint y herboriser.

Trois siècles plus tard, de nombreux scientifiques – géologues, géographes, botanistes – y firent de nombreuses études et des relevés.

Aujourd’hui, on y protège tout particulièrement son espèce emblématique le grand Tétras et l’espace habitat qui lui est indispensable, mais aussi la chouette de Tengmalm, le castor ou encore le faucon pèlerin.

Dans le périmètre bien précis du Sud Ouest du massif a été créée en 2002 la Réserve naturelle des Ballons Comtois abritant des milieux et espèces fragiles tels des forêts de pente, des tourbières, de l’arnica, etc.

Garantissant une protection environnementale unique, le Ballon d’Alsace fut par ailleurs nommé Grand Site de France en 2019.

Dans ce bel écrin de nature sauvage, il n’est pas rare lorsque l’on se promène en raquette, à ski ou à pieds, et que l’on s’éloigne des pistes classiques plus fréquentées de sentir une faune étonnamment proche.

Le silence autour de moi était dense, plein comme l’est toujours le silence issu de la neige, de sa pesante légèreté, de sa blancheur, le soleil jouait scintillant entre les arbres élancés, forts et bruns quand, baissant le regard sur le bas côté d’un chemin devenu bleu dans la lumière changeante, je découvris des traces bien fraîches de pattes dans la neige…

Le Ballon d’Alsace, c’est aussi cela… une réserve d’instants de poésies et de contemplations…

Mon Carnet de Notes

Se renseigner

A la Maison du Tourisme du Ballon d’Alsace– Route du Ballon d’Alsace Bâtiment des Démineurs 90200 Lepuix Tel : 03 29 25 20 38 accueil@destination-ballondalsace.fr www.ballondalsace.fr

Que faire ?

Monter  à pieds au sommet tout rond, très doux, très pur du Ballon d’Alsace… Croiser la statue de Jeanne d’Arc, celle de la Vierge du Ballon, poser un regard sans fin sur ses points de vues si singuliers…

Repérer les traces des animaux…dans la neige, en se promenant dans la Réserve naturelle…

Où déjeuner, où dîner, où dormir ?

A une « table de montagne » où l’on vient, traditionnellement, skier car le premier remonte-pente de la station du Ballon est historiquement juste à côté de l’auberge. Ici, c’est un rite : les enfants skient et les parents mangent… La Chaumière Table de montagne 5027 route du Ballon d’Alsace 90200 Lepuix Tel : 03 84 29 31 66 lachaumiere90@gmail.com www.auberge-lachaumiere.fr. Ouvert hors vacances scolaires : mercredi midi, vendredi soir, samedi et dimanche midi et soir. Durant les vacances scolaires : mardi midi puis du mercredi au dimanche midi et soir.

Du côté Alsacien, à la Ferme-auberge du Grand Langenberg accolée à la montagne en contrebas du Ballon d’Alsace où l’on  peut déguster des spécialités alsaciennes notamment mais aussi marcaires, et Baeckeoffe, sans oublier leur fromage fabriqué grâce au lait de leurs vaches vosgiennes. Route du Ballon d’Alsace 68290 Sewen Tel 03 89 48 96 98

Regarder le ciel étoilé depuis un bain nordique fumant dans le froid de la nuit et dans lequel on s’est glissé après une bonne journée passée au Ballon puis s’endormir comme pris dans les bras de la montagne, à l’Hôtel Le Saut de la Truite Maison de bien-être 112 route du Ballon d’Alsace 90200 Lepuix tel  09 72 26 90 99 www.sautdelatruite.fr

Ce reportage a été réalisé grâce à Belfort Tourisme #territoiredulion www.belfort-tourisme.com 0384559090

(Je vous donne rendez-vous le 22 janvier pour la suite de cette découverte du Ballon d’Alsace.)

Vous aimez mon travail ? Permettez-moi de vous prévenir des prochaines parutions.