En harmonie avec le week-end de la Toussaint, et pour tenter de vous apporter quelques minutes de douceur en vous évoquant un autre univers, un autre temps que celui bien éprouvant que nous vivons tous, je vous ai choisi un voyage emprunt d’une suave mélancolie dans la jolie Tarn vallonnée, à la rencontre de deux poètes du XIXe siècle et de leur demeure familiale. Maurice (1810 -1839) et Eugénie (1805-1848) de Guérin sont nés et sont morts dans le castel du Cayla situé au cœur du vignoble gaillacois. Perchée sur sa butte et dominant des terres de forêts et de cultures, cette gentilhommière typique du Languedoc avec sa pierre blonde et chaude, grisonnante par endroits, date de 1452.

“Notre campagne est tranquille et déserte comme une église à minuit.” Eugénie de Guérin Lettre à Louise de Bayne. 19 mars 1830.

Elle entre dans l’histoire des Guérin au XVIe siècle, le jour où l’un des leurs, épousant la fille du seigneur des lieux, devint un hobereau de campagne, pas bien riche car ne vivant que des revenus d’une terre à faible rendement, mais noble. De cette fameuse noblesse à laquelle Eugénie sera si attachée qu’elle dictera bien des gestes et des attitudes de la jeune femme se fantasmant, notamment, une biographie de fiction y mettant, pêle-mêle : seigneurs italiens, chevaliers de Malte, cardinaux…et fabriquant la chose de façon particulièrement réaliste que père et frères en seront convaincus. Maurice en parlera ainsi à son meilleur ami Jules Barbey d’Aurevilly qui, jamais, n’en doutera…

“Des vers à moi, des vers jetés dans ma retraite / D’un bout de France à l’autre, une âme de poète…” Maurice Guérin La Pologne.

La demeure avec sa tourelle n’est pas bien grande, mais cette taille sans grandiloquence en fait un lieu d’élection de l’intime, où l’écriture se mêle intelligemment à la découverte des différentes salles et imprègne toute promenade que l’on entreprend au sein du parc de 27 hectares. Ce dernier propose un parcours littéraire donnant véritablement envie de découvrir ces deux auteurs, littérairement et littéralement, méconnus et inconnus pour le quidam que je suis.

“Toutes les fois que nous nous laissons pénétrer à la nature, notre âme s’ouvre aux impressions les plus touchantes.” Maurice de Guérin Le Cahier vert.

Si l’œuvre de Maurice est arrivée jusqu’à nous, c’est essentiellement grâce à de nombreux concours de circonstances, et beaucoup d’amitiés. Car Maurice, adepte de l’autodafé, ne croyait pas en son œuvre qu’il détruisit en grande partie en 1836. Voulant être poète, il vivait spirituellement en éternel exilé, passant d’une retraite en Bretagne auprès du controversé Lamennais à une vie de dandy parisien en compagnie de son frère de cœur, Barbey d’Aurevilly, l’âme toujours délicate, toujours froissée, plus que sensible, aspirant à un idéal qu’il se sentait incapable d’atteindre et sans pour autant s’apitoyer sur son sort, développant un regard à la fois désespéré et lucide sur la vie, sa vie surtout (Le Cahier vert est à cet égard, remarquable.) et une poésie en prose annonçant le symbolisme.

Au rez-de-chaussée, la cuisine était la pièce de vie, probablement la plus chaleureuse, en ce XIXe siècle. Aujourd’hui, elle est un peu sombre mais il est facile en regardant les éléments qui la composent d’imaginer l’atmosphère de ce lieu central de la vie domestique et familiale : la cheminée en pierre, la chaise à sel non loin et l’horloge, au centre de la pièce, la belle table en chêne datant de l’époque du grand-père de Maurice et Eugénie, le fameux Antoine de Guérin, fort républicain, féru d’idées révolutionnaires qui choquèrent profondément sa petite fille, a posteriori.

“Chacun va le voir et se promet de passer de douces heures et une longue vie devant ce foyer de la maison (car il est à tous, maîtres et valets)…” Eugénie de Guérin Journal.

A gauche de la grande table, le potager, dans lequel la cuisinière réchauffait ses plats sur les braises ardentes qu’elle prenait dans l’âtre face à la table. Ainsi, la cheminée se devait de garder toujours un feu actif. Pour y veiller à son aise, la cuisinière dormait dans l’alcôve qui donne directement dans la cuisine. A l’opposé de la cheminée, un évier massif incliné permettait de jeter les épluchures à travers une petite ouverture et d’évacuer l’eau ramenée du puits pour la vaisselle, épluchures et eau usée servant ensuite à nourrir les animaux du domaine car, bien entendu, rien ne se perd et tout se recycle.

A l’étage, je pénètre tout d’abord dans une pièce carrée, lumineuse qui fût à la fin du XVIIIe siècle le bureau d’Antoine de Guérin. La restauration de 2011 a portée sur cette fonction dans le très beau travail de la décoratrice de théâtre Elisabeth Autran assistée de la dessinatrice Michelle Desmarets. Une cheminée, une cage à glousse, une paire de sabots, du chanvre prêt à être filé, une tresse d’ail, une balance romaine sont autant d’éléments évoquant la vie d’autrefois.

Sur la ronde table de vigneron, je trouve la plume, le livre de raison, et suspendu délicatement dans les airs quelques feuilles de cet ouvrage rébarbatif, pourtant si éclairant sur le quotidien de ces époques bien différentes de la nôtre. Ce livre de raison est un livre de gestion. Chaque domaine avait le sien propre, légalement et obligatoirement rédigé en français, transmis de génération en génération et au milieu d’éléments tels : « Fouir, bêcher, sarcler le millet, bêcher la luzerne, sarcler l’anis, les pois, les fèves, épamprer la vigne, enlever la toison…etc. », on y croisait parfois des informations concernant un mariage ou un décès.

Les Guérin vivaient toute l’année au Cayla, une vie essentiellement rythmée par les travaux des champs, la messe du dimanche et quelques loisirs : la chasse, la lecture, l’écriture. La chambre des parents est l’espace narratif des livres et de cette existence profondément catholique et pratiquante. Les objets de dévotion sont bien présents ainsi qu’une bibliothèque vitrée donnant à voir une jolie diversité de titres.

Cette chambre, également investie par Elisabeth Autran, est toute en élégance et en grâce. Il suffit d’un souffle d’air pour faire voler les poèmes suspendus au lustre à pampilles et la métaphore est belle pour évoquer la respiration si légère, si fragile qui emplit le corps des Guérin. Ainsi, leur mère, Gertrude mourut de la tuberculose en 1819 en confiant à sa fille ainée Eugénie, une adolescente de 14 ans, la charge de la remplacer auprès de ses frères Erembert, Maurice, alors âgé de 9 ans, et de sa petite sœur Marie. Dès ce moment, la mort applique une empreinte indélébile au cœur de Eugénie en étendant son voile, blanc suaire que l’on retrouve aux fenêtres du château mais aussi comme une obsession dans la prose d’Eugénie. Maurice dira avoir grandi dans l’habitude de la tristesse qu’il observait chaque jour sur le visage de son père.

“Je ferai toutes mes actions, comme devant être la dernière de ma vie.” Eugénie de Guérin

L’incroyable rapidité de la fuite de la vie, le mystère de nos destinées, les terribles questions que le doute adresse parfois aux hommes les mieux affermis dans leur croyance, enfin cet état, qui revient pour moi assez souvent, dans lequel l’âme se sent emportée bride abattue.” Maurice de Guérin Le Cahier vert.

Au fil des autres appartements que le château propose à la visite, chacune évoque un pan de l’histoire des membres de cette famille : la salle de réception parle plus particulièrement de la benjamine Marie, la seule qui ne mourra pas de tuberculose, la Marthe de cette fratrie, économe, vivant dans l’ombre et à l’ombre de la fière et paradoxale Eugénie, la garante de l’héritage littéraire de son frère et de sa soeur. Elle fit, d’ailleurs, réaliser un dessus de cheminée en hommage à ces derniers et que l’on retrouve dans cette pièce d’apparat.

“Elle aimait mes rêves/Et j’aimais les siens/Divins;/Et nos peines brèves/Passaient sans témoin.” Maurice de Guérin, Ma soeur Eugénie.

“Trouvé dans un livre une feuille de rose flétrie, Qui sait depuis quand! (…) Ce n’est pas un malheur d’être une fleur sans date. Tout ce qui prend mystère a du charme. Cette feuille dans ce livre m’intéresse plus qu’elle n’eût pu faire sur sa rose et son rosier. Le 10 novembre 1839. ” Eugénie de Guérin Journal

A sa gauche, le Cabinet de Curiosités Littéraires réalisé par l’artiste Violaine Laveaux de Figeac réunit, dans l’esprit des chambres aux Merveilles de la Renaissance, des extraits d’œuvres de deux écrivains, des ex-voto de paysages et des reliques parfois délicieusement macabres.

De l’autre côté de ce Cabinet, la grande chambre, où dormait Marie et Eugénie, devint la chambre mortuaire de Maurice qui y revint avec sa toute jeune épouse, Caroline de Gervain, au printemps 1839 pour y décéder de la tuberculose le 19 juillet de la même année.

Juste à côté, la « chambrette », une petite pièce charmante que Maurice occupa jusqu’à son départ à l’âge de 12 ans pour le petit séminaire, est probablement ma chambre préférée. L’étroitesse de sa dimension au regard des autres appartements, le très rassurant lit bateau avec son ciel de lit tout en hauteur, son mobilier dépareillé mais si agréable dans cette simplicité, son délicieux papier peint et surtout la petite table en chêne bien ciré appelant à l’écriture, la rêverie me firent sentir combien Eugénie eût raison de s’y réfugier à la suite de son frère.

La-Chambrette-Bdesmettre

“De tous les endroits de la maison, rien ne vaut pour moi la chambrette. Le soleil y donne en se levant, le ruisseau passe dessous, et on entend dans son lit les oiseaux qui chantent sur les acacias de sous la fenêtre. C’est là que sont vos lettres, mes livres de prières, Lamartine, les chapelets, sur la table mon encrier. “ Eugénie de Guérin Lettre à Louise de Bayne, le 20 janvier 1837

“La chambrette”- dessin Bérengère desmettre

Elle en fit ce qu’elle nomma son réclusoir. Là, cette âme ardente, orgueilleuse, oscillant entre désirs et frustrations, moralisations et grandeurs, écrivant un Journal pour son cher Maurice, sa moitié d’âme, à la demande de ce dernier, souvent torturée, voire désespérée, mais comblée par le chant d’un oiseau, ou par la beauté d’un ciel de printemps, médite, prie, lis, écrit. Ses textes témoignent d’une véritable philosophie de l’éternité, une porosité à l’écoulement du temps et une merveilleuse symbiose avec la nature. Elle mourut de la tuberculose le 31 mai 1848 dans cette même chambrette.

Suite à l’acquisition du domaine par le Conseil Général du Tarn en 1937, un musée fut inauguré dès le 12 septembre 1937. Cette maison-musée conserve plus de 2000 documents, au sein de la nature omniprésente et inspiratrice essentielle des deux auteurs, elle est donc, aussi, un site d’interprétation où se déroulent des expositions temporaires liées au patrimoine littéraire et au paysage. Enfin, devenue musée de France en 2003, elle reçoit le label du Ministère de la Culture : Maison des illustres depuis 2011.

“Tout ce que nous cherchons n’est-il pas au couchant?” Maurice de Guérin. La Délivrande.

MON CARNET DE NOTES

Le château-musée du Cayla – 81140 Andillac Tel : 05 63 33 01 68  https://www.tourisme-tarn.com/patrimoine-culturel/chateau-musee-du-cayla musee.cayla@tarn.fr Ouvert du dimanche au jeudi de 14h à 17h. Fermé du 24 décembre au 15 février inclus ainsi que le 1er mai et le 1er novembre. Le parc est libre d’accès. Adulte : 3 euros. Groupes sur RdV : 2 euros. Gratuit pour les moins de 18 ans.

Où dormir ?

Non loin, au château de Tauziès, un château aux chambres contemporaines et disposant d’une kitchenette qui donne une certaine indépendance, de goûts, d’horaires, de vie. Le petit déjeuner est déposé devant la porte à l’heure souhaitée et la veille, si vous rentrez tard ou ne voulez pas ressortir, Nathalie vous déposera une caisse gourmande, sorte de doggy bag impressionnant ! Mme Nathalie Deschamps 1850 Route de Cordes 81600 Gaillac tel : 05 63 41 26 80 https://www.chateaudetauzies.com/ contact@chateaudetauzies.com

Que lire ?

La question est incontournable et si beaucoup d’ouvrages sont proposés dans la boutique du musée, d’autres peuvent aussi se commander auprès de libraires qui continuent d’oeuvrer par correspondance en cette période difficile. Personnellement, je me suis penchée sur cette édition qui est une bonne introduction et un bon résumé de l’œuvre de Maurice de Guérin : Œuvres (Le Cahier vert, Pages sans titre, Poèmes, Lettres à Barbey d’Aurevilly) de Maurice de Guérin. Edition de Marie-Catherine Huet-Brichard. Classique Garnier Poche.

Concernant Eugénie de Guérin, il est possible, notamment, de se procurer son Journal à la boutique du Musée comme auprès de librairies spécialisées.

Ce reportage a été réalisé grâce à Tarn Tourisme. www.tourisme-tarn.com et je remercie tout particulièrement Christian Rivière pour son chaleureux accueil.

Les mesures sanitaires modifiant beaucoup la fluidité des accueils du public, lorsqu’il sera à nouveau possible de se déplacer, je vous recommande vivement de regarder sur les sites et de vérifier les horaires pour chacun des lieux avant de vous y rendre.

Bon courage à tous, prenez soin de vous, je vous retrouverai le 14 novembre pour un nouveau reportage. Toujours dans le Tarn, nous rejoindrons Albi et pousserons la porte du très élégant Musée de la Mode

Vous aimez mon travail ? Permettez-moi de vous prévenir des prochaines parutions.