Les premiers témoins d’une Renaissance, celle que l’on appelle la 1ère Renaissance, apparaissent au milieu du XVe siècle avec tout particulièrement le palais Jacques Cœur dont je vous ai longuement parlé samedi dernier. Si le décor est encore gothique, il est d’une abondance et d’une ampleur qui vont petit à petit s’étendre sur tout le Berry. A Bourges, le terrible incendie de la Madeleine du 22 juillet 1487 entraîne une vaste reconstruction de l’espace urbain et permet ainsi la réalisation de nombreuses habitations caractéristiques de cette 1ère Renaissance. L’hôtel Lallemant et l’hôtel Cujas, tous deux abritant des musées, en sont de parfaits exemples.

L’HÔTEL LALLEMANT

Construit vers 1510 par de riches notables et humanistes berruyer les Lallemant, ce sublime bâtiment est un remarquable modèle d’hôtel particulier entre cour et jardin offrant à l’admiration un ensemble splendide de sculptures décoratives caractéristiques de l’époque datable du règne de Louis XII où se mêlent des éléments gothiques tout particulièrement sur les culots sculptés de petits personnages et des ornements de la Renaissance (arabesques, balustres, candélabres, coquilles, cornes d’abondance, dauphins, dards, frontons, guirlandes, médaillons, oves…)

La famille Lallemant d’origine commerçante, est présente à Bourges depuis le XIIIe siècle. Elle acquiert au cours des deux siècles suivants de hautes charges dans l’administration royale. Leur première demeure est sinistrée durant l’incendie de 1487. Ils construisent leur nouvel hôtel sur un terrain regroupant trois parcelles dont l’une est à cheval sur l’enceinte gallo-romaine ce qui leur permet d’avoir deux cours, l’une haute, l’autre basse. Comme dans le palais Jacques Cœur, la distribution des pièces devient plus fonctionnelle avec, notamment, l’apparition d’une pièce attenante à la chambre, la garde-robe.

Sur les façades, le décor se concentre sur des parties précises : baies, portes, travée centrale du bâtiment. La pièce la plus célèbre, l’oratoire, est ornée d’un superbe plafond sculpté de trente caissons, mêlant emblèmes et éléments décoratifs typiques de la Renaissance comme des putti jouant. Dans la pièce voisine, le porc-épic et l’hermine, emblèmes de Louis XII et Anne de Bretagne, se retrouvent sur la cheminée. Si un bon nombres de sculptures sont attribuables à des artistes français, trois médaillons en terre cuite conservés sur les dix-neuf d’origine, peuvent être l’œuvre d’Antoine Juste, italien présent à Bourges en 1506. Il est bon de noté, aussi, les tourelles d’escaliers et le passage voûté, au centre, qui permettait de rejoindre la cour basse et les pièces de service.

Cet hôtel a été aménagé à partir de 1951 en Musée des Arts Décoratifs. Il rassemble des collections de mobilier, des tapisseries, des faïences et d’autres objets d’art représentatifs des XVIIe et XVIIIe siècles. Certaines pièces sont exceptionnelles comme un somptueux cabinet à placage d’ébène du milieu XVIIe siècle devant lequel je suis passée et repassée à plusieurs reprises tant il est beau ou encore deux tapisseries appartenant à la tenture « Les enfants jardiniers », un bureau marqueté à huit pieds, des émaux de la Renaissance et de grands plats de faïence de Nevers bleue.

D’autres pièces tiennent quasiment du trésor ou du cabinet de curiosités, car plus insolites comme une mèche de cheveux attribuée à Agnès Sorel, la favorite du roi Charles VII et que Jacques Cœur, souvenez-vous, a été accusé d’avoir empoisonnée… J’ai particulièrement aimé, au sein de la belle collection de peintures, une gracieuse annonciation provenant peut-être de Bruxelles réalisée vers 1500-1510, la galerie des grands professeurs de l’Université de Bourges et une petite merveille un brin macabre « Le Triomphe de la Mort » d’après Francesco Rosselli, Ecole Française, vers 1500-1520…

LE MUSEE DU BERRY ou HÔTEL CUJAS

Tout en brique et pierre rappelant l’aile Louis XII, l’hôtel Cujas qui abrite le musée du Berry est la réplique d’un château solognote. Construit au début du XVIe siècle pour Durand Salvi, marchand florentin, c’est Jacques Cujas, professeur de droit, l’un de ses nombreux propriétaires, qui laissera son nom. Cet hôtel, très différent de l’hôtel Lallemant tout en étant de la même période, se singularise par ses façades à parements de briques polychromes utilisant savamment des treillis losangés, soulignés ponctuellement par la pierre blanche. Cet exemple est unique à Bourges et en même temps est typique du style 1500. Dans la première cour, le décor reste gothique flamboyant à certains endroits comme les fenêtres et lucarnes (culs-de-lampe et feuilles de choux) alors que les médaillons figurant empereurs et héros de la Rome antique sont de vrais détails Renaissance.

Durant la IIIème république, la mairie souhaite un musée permettant de connaître l’histoire de la ville. Ainsi, le musée du Berry est créé en 1891. Il permet de découvrir le passé de la cité berruyère avec des différentes collections allant de la protohistoires et de la période gallo-romaines jusqu’au XIXe siècle.

Récemment, le musée a fait l’objet d’une rénovation de telle sorte que l’on parcourt les lieux de façon chronologique. Ainsi le rez-de-chaussée est consacré à l’histoire et à l’archéologie présentant la vie quotidienne gallo-romaine. C’est aussi à cet étage que l’on retrouve la grande attraction du musée. La momie de Djedhov sur son sarcophage datant de IIIe siècle av. JC. Elle fût trouvée par un ingénieur berrichon qui travailla sur les chantiers du canal de Suez. Personnellement, je l’ai trouvée particulièrement effrayante et suis rapidement passée dans la très belle salle des stèles funéraires sur lesquelles est souvent représenté le métier du défunt.

C’est au premier étage que je découvre LA splendeur de ce musée en la belle série (la plus importante au monde) des pleurants du tombeau du duc Jean de Berry, le célèbre…celui qui a commandé Les Très Riches Heures du duc de BerrySon tombeau, tout aussi précieux que ces enluminures, était à l’origine orné de quarante pleurants. Ces pleurants, œuvres inestimables, sont donc, ici, au nombre de dix, les autres se promènent sur la planète parfois chez des collectionneurs privés, heureux hommes… Et je tombe, tout particulièrement en arrêt, en amour, des pleurants réalisés par le sculpteur Jean de Cambrai… Quelle modernité !…

Le 3ème étage est lui aussi d’une grande richesse. Dans la première salle, consacrée à la peinture, je contemple de vraies perles comme un triptyque de Jean Boucher datant de 1630 où l’on retrouve le peintre, son saint patron et sa maman ! J’aime aussi beaucoup un Christ en croix de Philippe de Champaigne. La salle suivante est consacrée à la poterie du célèbre village de La Borne. Extrêmement intéressante, cette exposition présente notamment les œuvres de l’artiste Marie Talbot qui signe parfois de façon émouvante son travail par un « fait par moi Marie Talbot ». Deux autres salles offrent à la contemplation d’autres beautés tel un Rodin en vis à vis avec une œuvre d’un sculpteur local Jean-Eugène Baffier et puis un très joli Greuze non loin…

MON CARNET DE NOTES

Hôtel Lallemant – 5 rue de l’Hôtel Lallemant 18000 Bourges tel 02 48 70 23 57 – www.ville-bourges.fr/site/musee-arts-decoratifs.fr Ouvert du 2 janvier au 31 décembre de 10h à 12 et de 14h à 18. Fermé les lundi et dimanche matin et les 1er novembre, 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

Musée du Berry – 4 rue des Arènes 18000 Bourges tel 02 48 70 41 92 – www.ville-bourges.fr/site/musee-berry.fr  Ouvert du 2 janvier au 31 décembre de 10h à 12 et de 14h à 18. Fermé les mardi et dimanche matin et les 1er novembre, 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

Se restaurer à Bourges : La gargouille – bistro.resto -108 rue Bourbonnoux 18000 Bourges Tel 02 48 23 59 bistro.lagargouille@gmail.com ou Cake Thé 74 bis rue Bourbonnoux Passage des Remparts 18000 Bourges tel : 02 48 24 94 60 du mardi au samedi 12h-14h/15h30-19h et le dimanche de 15h à 19h.

Dormir à Bourges : Au Coeur de Bourges – M. et Mme Boudet – 10 rue de l’Hôtel Lallemant – 18000 Bourges. Tel : 02 48 24 64 10. Une très belle chambre d’hôtes dans un hôtel particulier. ou Au n°1. Blandine Voisin – 1 rue Albert Hervet – 18000 Bourges tel : 06 29 22 17 67

Ce reportage a été réalisé grâce à Tourisme & Territoires du Cher. www.tourisme-territoiresducher.fr et à Bourges Berry Tourisme 21 rue Victor Hugo 18000 Bourges. Tel : 02 48 23 02 60 www.bourgesberrytourisme.com contact@bourgesberrytourisme.com