Les grèves qui ont cours actuellement sur toute la France m’ayant privée de mon reportage en région de Loire mais m’ont permise de rester tout un mois de décembre en Île de France, mieux, dans mon cher village des Yvelines : Villennes-sur-Seine. Il m’est parfois difficile d’écrire sur ce que j’aime, sur qui j’aime. Mon cœur encombré d’amour peine à trouver les mots justes et la fluidité. Il en est ainsi quand je prends la plume informatique pour vous écrire ce reportage d’un Noël dans mon village tant aimé.

Lorsque j’ai emménagé à Villennes-sur-Seine, un deux janvier, il y a quelques années, il neigeait. Je me souviens de ces premiers matins où buvant mon café, au milieu des cartons, je contemplais les toits des maisons blanchies au cœur de la nature si présente et j’ai pensé que j’allais adorer vivre ici et que j’y serai heureuse.

Promesse fût tenue de cette pensée prémonitoire. Mes Noëls y furent notamment toujours empreints de joie et de poésie. Je m’en vais vous en venter quelques uns de ses charmes. Que les Villennois m’absolvent car il ne m’est guère possible, ici, de faire un reportage exhaustif. Qu’ils puissent y retrouver quelques-unes de leurs adresses préférées et pour les non-Villennois découvrir les élégances et vertus d’une vie douce et joyeuse en cette période de fête.

Sentiment n°57. Un herbier de Sentiments. – Technique mixte

Entre Médan et Orgeval, non loin de Poissy, Villennes-sur-Seine, baptisée Villena dès 1007, est située sur la rive gauche du fleuve à 30 km à l’Ouest de Paris. Son territoire englobe l’île de Villennes et une partie de l’île du Platais siège de Physiopolis une expérience de naturisme imaginée en 1928 par les frères André et Gaston Durville, tous deux médecins. Au centre la Seine se déguise en rivière et est un de mes paysages préférés.

Bien souvent, je me rends sur le pont de l’île de Villennes et j’y passe quelques instants de contemplation nécessaire. Le miracle de l’eau douce à Villennes… la beauté de ses rivages… Ce pont construit au début du XVIIIe siècle a toujours eu un rôle important. Dans l’antan de l’histoire du village, il permettait que l’on conduise les bovins et ovins dans les pâturages de l’île où se trouvaient les granges en pisé de La Vacherie. Aujourd’hui, il permet aux habitants de cette île devenue privée de rejoindre leurs demeures.

En revenant sur mes pas, je trouve la gare de Villennes qui rattrape, par son charme et son allure, les mécontentements et les souffrances que nous endurons via la SNCF. Cette petite gare fût inaugurée en 1911 succédant à la halte créée dès 1880 et à un premier bâtiment construit en 1844. Son architecte Alexandre Barret utilisa les plans de la gare de Clamart – détruite depuis – pour réaliser notamment son élégante verrière. Cette gare permit aux Parisiens de faire villégiature à Villennes transformant ainsi peu à peu la vie de ce village initialement agricole et viticole. Tout récemment, notre gare siège de tant de mécontentements et pourtant si ravissante a obtenu le label Patrimoine d’intérêt régional.

Non loin et dans un périmètre restreint et c’est aussi un des charmes certains de Villennes, je contemple, tout enluminé de bleu, le kiosque à musique de la place de la Libération, le parc Fauvel et sa grotte et face à lui, le parc de la mairie, son cours d’eau et la mairie qui le matin de mon reportage photographique avait une silhouette particulièrement fantastique, le coassement des corneilles achevant de constituer un décor cinématographie. Cette ancienne Villa Neptune fût bâtie en 1910 sur des parcelles de l’ancien parc du château désormais disparu. Son ravissant parc à l’anglaise est tout comme le parc Fauvel, tout comme le point de l’île de Villennes, l’un de mes endroits de prédilection. L’eau… toujours… et la beauté…

La beauté, je la retrouve dans la très jolie boutique de L’ARTisane bucolique qui mélange élégamment, à l’image de Villennes, le passé et le présent, mettant en scène de petites histoires à vocation de nous inspirer pour la décoration de la maison tant dans son extérieur que son intérieur. De la bougie au meuble en passant par le luminaire, le linge de maison, les miroirs et de nombreuses pièces uniques, les sélections de Sonia vont à l’artisanat français, la fabrication en série limitée et les matériaux naturels dans un souci d’écologie et une démarche vertueuse.

Jouxtant la boutique ressemblant à un cabinet des Merveilles, Amandine Fleurs propose évidemment le sapin pour les retardataires mais aussi les classiques jacinthe de saison, les branches de houx, de gui pour l’An Neuf, les sublimes amaryllis qui font parties de mes fleurs préférées. Elle réalise des couronnes pour centres de table mêlant les persistants aux boules rouges du houx mais peut aussi réaliser toutes les envies sur mesure.

Du côté des produits de bouche, dans sa boucherie Manuel Nogueira Mourao propose toutes sortes de rôtis à base de volailles, chapon, pintade, dinde et autre poularde fourrée de girolles, morilles, marrons, abricots secs, pruneaux, figues… Tout – y compris le foie gras – est fabriqué maison et pour ceux qui n’auront pas eu le temps de faire un tour sur le petit marché de Villennes le samedi matin, Manuel a développé le rayon crèmerie avec notamment des œufs bio et de très bons fromages tel un comté 16 à 18 mois d’affinage.

En face, toujours dans l’artisanat local, la boulangerie Thellier, ayant obtenu la certification bio : AB propose certes tourte de seigle (bon bon bon !) et pain de petit épeautre (délicieux comme une brioche) mais aussi une baguette bio dans toutes ses déclinaisons (classique, graines, flûtes…). Les confiseries et pâtisseries sont souvent réalisées avec le très bon chocolat Valhorna dont la traçabilité est irréprochable. Pour les fêtes, j’y trouve notamment des bûches légères et savoureuses ou des créations plus traditionnelles ainsi que vacherins, pains spéciaux, mignardises… Tout, de la boulangerie à la confiserie, est fabriqué ici dès le petit matin par les boulangers.

Mes commandes passées pour les fêtes et mes cadeaux prêts, s’il me manque une jolie tenue de fête, je traverse la place des Sophoras et du Marché et vais chez Astrid, véritable institution Villennoise qui fêtera ses cinquante ans d’existence en 2020. Cette couturière de métier ayant commencé à tirer l’aiguille dès l’âge de 6 ans et ayant fait ses classes chez Hermès a pour ambition de rendre belles ses clientes en les conseillant, les habillant en toute connaissance de leur mode de vie et de leur style à chacune. Astrid travaille au maximum avec l’Europ en privilégiant des marques françaises. Chez elle, je trouve de l’accessoire (sacs, pochettes, foulards, bijoux, ceintures), du vêtement (petit top, manteaux ou robes…) et de la chaussure. Tout est particulièrement élégant, même les vêtements de seconde main qui sont de grandes qualités.

Ainsi parée et prête pour fêter joyeusement la renaissance de la lumière à venir, je me dirige vers la petite église romane Saint Nicolas de Villennes au centre du village non loin de tous les lieux susnommés. La paroisse de Villennes existe depuis 1007 et l’édifice fût classé monument historique par arrêté du 19 juillet 1926. Son clocher initialement placé au-dessus du transept à l’est du bâtiment fût fortement endommagé pendant la guerre de Cent Ans. Il a été reconstruit au XVIe siècle, le portail en plein cintre date de 1875 et l’intérieur des lieux riches de chapiteaux aux sculptures variés, de tableaux du XVIIe, de statues anciennes, et vitraux présentant à gauche des saints, à droite des saintes, est à la fois d’une belle sobriété et d’une véritable élégance. En cette période de Noël, la crèche y attend l’Enfant Jésus et ses cloches continuent de rythmer mes journées à mon atelier en sonnant à chaque heure.

MON CARNET DE NOTES

Mairie de Villennes-sur-Seine – 36 avenue Foch – 78670 Villennes-sur-Seine. Tel : 01 39 08 25 40 http://www.ville-villennes-sur-seine.fr

Boucherie Mourao – 338 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes sur Seine Tel : 01 39 75 80 60. Ouvert de 8h à 12h45 et de 15h30 à 19h30 sauf le dimanche après-midi. Fermé le lundi. Facebook : boucheriedevillennes

Boulangerie-pâtisserie Thellier – 325 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes sur Seine Tel : 01 39 75 81 15 Ouvert de 7h à 13h30 et de 15h à 20h. Samedi ouvert de 7h à 19h 30 et le dimanche de 7h à 13h30. Fermé le lundi Facebook : @boccador

L’ARTisane Bucolique – 341 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes sur Seine Tel : 01 39 75 06 40 Facebook : @lartisanebucolique Ouvert de 10h à 19h30 tous les jours sauf le lundi.

Amandine Fleur – 345 avenue Georges Clémenceau – 78670 Villennes sur Seine. Tel : 01 39 75 95 68. Ouvert du mardi au samedi de 9h45 à 20h et le dimanche de 9h30 à 13h30

Astrid Boutique – 54 rue Maurice Dreux – 78670 Villennes sur Seine Tel : 01 39 75 94 80 Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h Facebook : Astrid Boutique

Eglise Saint Nicolas – 78670 Villennes sur Seine – Veillée de Noël à 22h le 24 décembre – Messe de Noël le 25 décembre à 10h